Mon Gaby,

23 mois que j'essaie de supporter l'insupportable, que j'essaie d'apprivoiser cette absence si cruellement opressante, que je continue à espérer me réveiller et sortir de cet horrible cauchemard. Tous les jours cette même question : Pourquoi ?

Je t'aime.

 

Maman

 

21 mois d'absence... Plus de mot, juste ce vide inacceptable qui prend de plus en plus de place...

J'aime à penser que là où tu te trouves les préparatifs battent leur plein et lorsque les 12 coups de midi auront sonné depuis 15 minutes, alors que la fête commence pour tes 26 ans. Je t'embrasse fort Gabriel.

C'est comme si cétait hier mais c'est déjà loin et si proche en même temps ! Toujours d'énormes pensées pour toi. De là où je suis je te parle et j'espère que de là où tu es, tu m'entends. Je t'embrasse mon Gaby.

Gabriel... Un mois de plus sans toi. Tu es dans mon coeur et gravé maintenant sur ma peau à tout jamais. Je n'ai pas pu partager avec toi toutes les réussites de ta soeur dont tu aurais été très fier : son boulot, son permis, son appartement et son installation... mais tu es dans ma tête et chacune de mes pensées à chaque instant de ma vie.

C'est l'histoire d'un grand manque de toi et d'un vide de plus en plus immense avec le temps qui passe, qui n'efface rien, qui n'apaise même pas. C'est l'histoire d'un regret qui sera en moi à tout jamais de penser chaque jour que tu ne peux plus profiter de rien...

Un signe ... Je ne sais pas ?

J'ai appelé cette photo "La Rose Triste".

Rose offerte le 31 Mai ...

Le 3 juin elle respirait la "joie" de vivre.

Le 4 Juin, jour de tes 25 ans, elle était en berne ...

Aujourd'hui, 5 Juin, elle est à nouveau belle ...

Tu vois, même les fleurs sont tristes pour toi ...

Mais ... La preuve par la nature en est que ... Malgré tout ce chagrin ... La vie continue ...

Je t'aime mon fils.

 juin 2015 ... Ce jour aurait pû ... aurait dû être festif ... Ce n'est pas le cas ...

25 ans aujourd'hui, mais tu ne souffleras jamais tes 25 bougies ...

Tu as 24 ans pour l'éternité ...

Des fleurs, ce sont les seules choses que l'on peut t'apporter maintenant ...

Alors c'est ce que je fais en essayant d'y ajouter un minimum de gaieté et d'originalité.

Je t'aime fort mon fils.

Tu es avec moi à chaque instant ... Je suis avec toi à chaque instant.

Mon Gaby ...
Six mois déjà ... J'ai l'impression que c'était hier tellement j'ai mal.
Six mois ... Mais il me semble que cela fait des années tellement tu me manques.

Et une pensée particulière pour David à tes côtés depuis un mois.

Triste lundi de Pentecôte sans toi ...

L'Ange Gabriel

(Montage de Sabine du 6.05.2015)

Carte postale de 2012 de Gabriel à sa soeur Audrey

Les trésors de ma vie

29 Avril 2015 ... Cinq mois ...

Et toujours cette absence pesante et intolérable.

Dis moi ... Quand reviendras-tu ?

... Manque ...

Audrey Brocard, (10 avril 2015) triste

Gabriel {29.11.14}

Juillet 2010 - Mathilde & Gabriel.

24 Mars 2015

Audrey Brocard

Gabriel — triste.

4 Août 2005- Pyrogravure de Gabriel

Juin 2005 - 15 ans Gabriel

17 Décembre 2006 - Gabriel à Chazey

28 Août 1994 - Gabriel écrit son prénom avec le modèle

Dessin de Gabriel pour Audrey (Dommage, date non retrouvée)

Week end du 15 Août 2014.

Gabriel & Audrey - Les Lecques ensemble pour la dernière fois.

Echarpe, tee shirt ... Tout est souvenir.

Les souvenirs il ne me reste que ça, alors je les aime

Sacré Titeuf en souvenir de Sacré Gaby.

BD de Gabriel qu'il avait données à Audrey lorsqu'il a eu passé l'âge !

Si peu de chose peuvent penser certaines personnes.

Pour moi, détenir son carnet de santé et sa deuxième paire lunettes (2004/2005), partie de vie de Gabriel, n'a pas de prix.

25 Décembre 2012

Souvenir d'un bon moment passé tous ensemble dans la joie et la bonne humeur

Juin 2003

Avril 2004

Août 2005 - Les Lecques

Août 2005 - Dans le train de retour des Lecques pour la maison

Août 2003 - Gabriel & Audrey - Les Lecques (Var)

Décembre 2014 - Des fleurs pour Gabriel

2014 - Fripon dit P'tit Pote et Chanel, les fidèles compagnons de Gabriel

Décembre 1993 - Première année de maternelle de Gabriel

Juin 1991 - Mèche de cheveux de Gabriel

1991 & 1992 - Premiers dessins de Gabriel

5 Septembre 1990 - Dessin de la main de Gabriel pour souvenir

Juin 1990 - Bracelet de naissance de Gabriel

4 Juin 1990 - Présentation de Gabriel lors de sa naissance

1989 & 1990 - Quelques nouvelles de Gabriel avant sa naissance

Juin 1990 - Quelques notes sur la naissance de Gabriel pour souvenir

23 Mai 2011

Un petit délire de plus pour Gabriel.

Il s'est fait livrer, chez moi pour qu'il n'ait pas de problème, moi ce n'est pas grave à priori, je n'étais même pas au courant, deux armes à plomb ! Sacré Gaby !

Quelques mois plus tard, suite à un simple contrôle de police, il se fera confisquer la batte de base ball et les deux armes planquées dans son coffre de voiture.

5 Juin 2011.

Gabriel souffle les bougies de ses 21 ans à Loyette.

Serviette et porte serviette de Gabriel.

Petites choses insignifiantes auparavant.

Mais aujourd'hui en son absense chaque souvenir, si petit soit'il, se rapportant à Gabriel devient un vrai trésor.

Audrey Brocard (19 Mars 2015)

Cette photo que j'aime tellement, aux Lecques à aqualand {Août 2005}
Gabriel {29.11.14} – nostalgique, à Aqualand ( St Cyr sur Mer ).

Gourmette de naissance de Gabriel

2014 - 29 Novembre - En quelques instants ... Une avalanche de tristesse et de douleur.

Ton dernier souffle, ton coeur s'est arrêté de battre et tes yeux se sont fermés à tout jamais ce Samedi 29 Novembre 2014, sur la route de Tramoye ta voiture est allée percuter un mur, trop vite, trop fort ... Et tu nous a quitté.

2010 - 24 Décembre

2009 - 10 Janvier - Regards complices

2009 - 22 Décembre

2008 - 24 Décembre

2008 - 27 Janvier - Gabriel & Pauline 

2005 - Montage de Gabriel fait par lui-même

Photo de son PC prise par Gabriel le 24 Février 2009 pour vente

Repose en paix mon fils

Première "Boom" à la maison pour Gabriel avec la regrettée Cassandra et son premier grand Amour, Pauline.

Pyrogravure sur bois réalisée par Gabriel le 17 Janvier 1999.

 

Gabriel,

Je t'ai donné la vie le 4 Juin 1990 à 12 h 15 à Lyon 8e.

Tu es arrivé plus tôt que prévu et très rapidement. A l'image de ce qu'a été ta vie, puisque tu nous a quittés prématurément à l'aube de tes 25 ans, le 29 Novembre 2014 vers 18 h 30 à La Boisse (01) sur la route de Tramoye, à toute vitesse, lors d'un accident de la route suite à la perte de contrôle de ta voiture.

J'ai su te donner la vie mais je n'ai pas su te retenir et ta passion de la voiture et de la vitesse a eu raison de toi. 

Tu as toujours voulu être le Maître du jeu, seul Maître de TA vie, seul Maître de tes choix, de tes envies. 

Tu as joué jusqu'au bout et désormais Maître tu l'es et le restera à tout jamais, mais à quel prix ?

Au prix de TA vie, car tu n'as pas cédé, tu n'as rien lâché et aujourd'hui la mort l'a emporté sur la vie, la mort est venu te cueillir alors que ta vie commençait à peine.

Et au prix de ta vie, ravagé par ta passion, tu es, à toi seul, LE Maître et tu tiens entre tes mains, tels des pantins désarticulés au bout de leurs fils, nos vies désormais blessées, bancales, estropiées, meurtries…

Tu es parti physiquement seul, mais tu ne t'imagines même pas, moralement, le nombre de personnes que tu as emportées avec toi.

Ta soeur Audrey, tes parents, tes grands-parents, tes cousins et cousines, tes oncles et tantes, tes ami(e)s, tes collègues de travail, tes connaissances…

Nous tous qui te connaissions, par cœur ou pas, qui t’aimions, depuis toujours ou depuis peu, qui t’appréciions, à raison ou à tort, nous sommes tellement désemparés, tellement perdus, tellement troublés, déroutés, démoralisés, attristés, peinés, navrés, affectés, accablés, choqués, marqués, désolés, affligés, consternés…

Tous ces mots pour représenter un seul sentiment : le manque de toi, si grand, si immense et si douloureux que notre vie toute entière ne suffira pas à apaiser.

Je sais que même si c'est moi qui t'ai donné la vie tu ne m'appartiens pas, que tu es libre en tant qu'être humain majeure n'appartenant à personne, j'ai quand même un sentiment de privation et d'énorme perte et saches que ta liberté a emprisonnée la mienne à l'instant où la vie t'a offert à la mort, conséquence de ton insouscience.

Voilà, je n'entendrai plus jamais ta voix, je ne verrai plus jamais le regard de tes yeux bleus, je ne t'entendrai plus jamais me raconter les bêtises dont tu étais si fier ! Tu ne m'appelleras plus jamais pour me demander mon aide.

Je ne t'offrirai plus jamais la crème de marron que tu adorais tant et toi, tu ne m'offriras plus de fleurs pour la fête des mères, tu ne m'apporteras plus de tubes de lait concentré et cette fameuse bouteille de blanc Mont Bazillac.

Tu ne mangeras plus ces tranches de jambon premier prix et pleines d'eau, que bizarrement tu adorais, fini les chocos Petit Prince et le Reblochon...

Tu ne nargueras plus les gendarmes...

Tu ne seras, tout simplement, plus jamais auprès de nous... Mais dans nos coeurs tu vibres chaque jour, tu traverses nos pensées à chaque instant et chaque seconde de nos vies pèse une tonne bien que complètement vides de sens sans toi.

Ta maman qui t'aime, accompagnée de ta soeur chérie Audrey.

Gabriel - 2013 / 2014

Gabriel - 2010 / 2013

Gabriel - 2005 / 2009

Gabriel - 1999 / 2004

Gabriel - 1996 / 1998

Gabriel - 1993 / 1995

Gabriel - 1990 / 1992

Plus jamais je les aurai tous les deux. – effondrée

Audrey Brocard
 (29 décembre 2014)

Il y a un mois jour pour jour ton cœur a cessé de battre à peu près à cette heure là. 

Ce jour là tout à basculé.
On dit que ça n'arrive qu'aux autres jusqu'au jour où les autres c'est nous.
Tu me manques tellement. — triste.

Audrey Brocard (1er Janvier 2015)

2014 enfin terminé, du début à la fin ça a été une année pourrie. Toujours pas d'apprentissage ni de boulot (ras le bol de passer mes journée assise devant mon ordi), la solitude, puis la perte de mon grand frère.

En espérant que 2015 soit une meilleur année.
Bonne année à tous. — incertaine.

Audrey Brocard (16 Janvier 2015)

Gabriel ton absence me fait tellement mal, cette pression qui ne cesse de monter en moi fait tellement mal.
J'aimerai juste arrêter de respirer pour te revoir. 
Plus rien ne va depuis que tu es partis.

 

Le faire-part de naissance de Gabriel


Audrey Brocard
 9 Janvier 2015

Un mois de novembre deux mille quatorze.
La vie pour toi s’est arrêtée brutalement d’un coup net
Sur une route normale un jour banal
Un accident est si vite arrivé …
Brusquement
Ton cœur à cesser de battre
Brusquement
Tes yeux se sont fermés
Les larmes le jour, les larmes la nuit
Le ciel t'as dans ses bras, moi je t'ai dans mon cœur.

J'ai tellement mal, ce vide a l'intérieur de moi devient de plus en plus grand chaque seconde.
J'ai l'impression qu'une part de moi est partie avec toi. 
Je ne voit plus aucun avenir sachant que tu n'est plus là, il n'y a plus que du noir partout autour de moi.
Toi qui a toujours été la pour moi. Mon grand frère et bien plus que ça.
Le premier et le seule homme de ma vie.
Tu étais là à la place de se père absent, et toujours absent d'ailleurs. 
Plus qu'un manque, c'est comme si il y avait de moins en moins d'air autour de moi.
Tu faisais partie des deux personnes sans qui je ne m'imaginais pas pouvoir vivre. 
Sans toi même dormir devient un combat, je n'y arrive plus tellement je pense. 
Je t'aime tellement. 
Gabriel {29.11.14}


Audrey Brocard
 26 Janvier 2015
J'ai tellement mal, ce vide a l'intérieur de moi devient de plus en plus grand chaque seconde.

J'ai l'impression qu'une part de moi est partie avec toi. 
Je ne voit plus aucun avenir sachant que tu n'est plus là, il n'y a plus que du noir partout autour de moi.
Toi qui a toujours été la pour moi. Mon grand frère et bien plus que ça.
Le premier et le seul homme de ma vie.
Tu étais là à la place de se père absent, et toujours absent d'ailleurs. 
Plus qu'un manque, c'est comme si il y avait de moins en moins d'air autour de moi.
Tu faisais partie des deux personnes sans qui je ne m'imaginais pas pouvoir vivre. 
Sans toi même dormir devient un combat, je n'y arrive plus tellement je pense. 
Je t'aime tellement. 
Gabriel 
{04/06/1990 - 29/11/2014}

Cette chanson me fait tellement penser à toi, et je m'imagine que tu es là à essayer de revenir ... http://youtu.be/pv0pkVgHXjg


Audrey Brocard
 (6 décembre 2014)

Tu es partie, mais je me dit que ce n'est pas possible ... 

Je sais que tu n'est plus de ce monde, mais j'ai juste l’impression que c'est un mauvais rêve et que je vais me réveiller ... C'est un sentiment horrible. {29.11.14} — perdue.


Audrey Brocard
 (5 décembre 2014)

Mon amour de grand frère. Depuis que tu es parti j'ai l'impression d'être au ralentit ... 

Je n'arrive toujours pas à me dire que c'est toi qui était là ... dans ce cercueil. 
Je n'envisage pas l'avenir sans toi. 
Dès que je vois un fou en voiture j'aimerais que sa soit toi. 
Dès que j'entends une voiture avec la musique à fond j'aimerais que sa soit toi.
Demain cela fera déjà une semaine que tu nous as quitté ... tu me manque, tu nous manque ...
Les journées sont tellement dur sans toi.
Je t'aime  {29.11.14} — effondrée.


Audrey Brocard
 (24 Décembre 2014) 

Premier noël sans toi. Tu ne viendras pas ce soir à la maison pour faire un petit noël à trois comme on en avait l'habitude... 
Je n'arrive toujours pas à croire que tu ne seras plus jamais là.
Nos petites habitudes et la boite bleu de chocolat Lindt que tu nous apportais chaque année vont me manquer, dès que je vois la pub à la télé je pense à toi.
Tu me manque chaque jour de plus en plus ... Gabriel {29.11.14} — triste.

Audrey Brocard (29 Décembre 2014) 

Aujourd'hui cela fait un mois que tu es parti.

Un mois de tristesse, de colère et de déception.
De la colère envers certaines personnes mais aussi beaucoup envers toi, t'avais pas le droit de tous nous laisser. Tu n'a pas pensé à la famille ni même à tes amis.
Je commence tout juste à réaliser que tu as parti pour toujours et sa fait mal, très mal.
Tu me manques tellement {29.11.2014} — effondrée.


Sabine Brocard
 12 décembre 2014 

J'ai beau courir, la réalité me rattrape et me place devant cette évidence que je refuse ; tu n'es plus là, tu ne seras plus jamais là ! J'ai perdu mon fils et je ne le retrouverai plus jamais. Audrey a perdu son frère et ne le retrouvera jamais. Plus jamais rien dans notre vie ne pourra combler cette perte immense ! Avançons ensemble ma fille et apprenons à vivre avec cette douleur que nous allons apprivoiser petit à petit pour arriver à l'accepter. Gaby à jamais dans nos coeurs. — à Vaux-en-Bugey, avec Audrey Brocard


Sabine Brocard
 3 décembre 2014 

Gabriel
Dernier jour à espérer que rien ne s'est passé,
Dernier jour à faire semblant de ne pas y croire,
Tant qu'on n'y croit pas, rien n'est vrai !
La tension monte, j'ai peur de te dire adieu,
J'aimerai tellement avoir le temps de te dire encore pleins de fois au revoir.
Je n'ai rien de plus à te dire si ce n'est que je t'aime.
Pour tout le reste il n'y a aucun mot.
Toutes mes pensées sont pour toi, et ce qu'il y avait entre nous personne ne pourra jamais y toucher.
Demain, avec toi, une partie de moi s'en ira à tout jamais.
Une page sera tournée définitivement et je ne sais pas comment va être l'après.
Merci à ta soeur Audrey d'être là, et toutes les deux, pour toi, nous allons continuer à écrire un avenir.
Tu vas tellement me manquer.


Sabine Brocard

1er décembre 2014

En colère, Triste, perdue, dégoûtée, La vie ne fait que prendre encore et encore Mais je ne tomberai pas et si je titube, je promets de me relever POUR MA FILLE Audrey — effondrée.

Mon grand frère à jamais dans mon coeur

Audrey Brocard (2 décembre 2014)

Dur de se retrouver à l'endroit où tu as perdu la vie. Je t'aime tellement ... Gabriel {29.11.14}

Audrey Brocard (3 décembre 2014)

J'ai peur d'être demain, peur de devoir te dire adieu ... Gabriel — terriblement mal.

Texte de soutien VP/RA

30 Décembre 2014 (Sabine)

« Petit clin d’œil »


Morgane Villerot

4 décembre 2014 

Parce que le temps passe si vite. La vie est mal faite... 
12 ans qu'on ne s'est pas vu... La vie nous a séparés et ce drame le fait encore plus.
Tu nous manqueras Gaby! 
Courage à vous la famille!

J’ai tellement mal, ce vide a l’intérieur de moi devient de plus en plus grand chaque seconde.

J’ai l’impression qu’une part de moi est partie avec toi.

Je ne vois plus aucun avenir sachant que tu n’es plus là, il n’y a plus que du noir partout autour de moi.

Toi qui a toujours été la pour moi. Mon grand frère et bien plus que ça.

Le premier et le seule homme de ma vie.

Tu étais là à la place de se père absent, et toujours absent d’ailleurs.

Plus qu’un manque, c’est comme si il y avait de moins en moins d’air autour de moi.

Tu faisais partie des deux personnes sans qui je ne m’imaginais pas pouvoir vivre.

Sans toi-même dormir devient un combat, je n’y arrive plus tellement je pense.

Je t’aime tellement.

Gabriel  {29.11.14} ♡ (Audrey - texte du 3 janvier 2015)


Audrey Brocard

4 décembre 2014

Te dire adieu à été très difficile ... je ne voulait pas que tu me quitte. Je me sentais tellement proche de toi quand je touchais ton cercueil.
Me dire que ça y est ... tout est fini, c'est vraiment dur. Je t'aime, je t'aime, je t'aime ... tellement.  Tu vas me manquer, mon grand frère, l'homme de ma vie.  — a le cœur brisé.


Audrey Brocard
 3 décembre 2014 

pour toujours dans mon cœur.

Audrey Brocard
14 décembre 2014

Dernière chose matérielle qui me reste de toi ... 
Gabriel {29.11.2014}  — déprimée.

Te rendais-tu compte, ce 29 novembre 2014, que ton cœur allait cesser de battre pour toujours parce que cette petite étoile au-dessus de ta tête aurait cessé de croire autant en toi que toi tu y croyais ? Cette vie est vraiment, vraiment, vraiment très moche !

(2 Janvier 2015)

Plus jamais tous les deux ! J'ai à la fois tellement hâte d'avancer très très vite dans le futur pour m'éloigner de cette douleur et à la fois très très envie de retourner ne serait-ce que quelques mois en arrière, pour te dire tout ce que je n'ai pas eu le temps de te dire, pour te redire tout ce que je t'ai déjà dit, pour essayer encore une fois de te sortir de ce chemin que tu as choisi de prendre sans réfléchir et réussir à te retenir. Mais ni l'un ni l'autre n'est possible. Je ne peux qu'essayer d'accepter la triste réalité et continuer à avancer à la fois si vite et si lentement. Merci ma t'ite puce Audrey d'être là. T'M tellement mon fils Gabriel.